Par: Babacar SECK

L’ancienne gouverneure du Canada, en visite au Sénégal, dans un entretien avec Le Quotidien, s’est dite intéressée par le poste de SG de la Francophonie. Extrait

« C’est vrai que je suis très sollicitée. La question est souvent abordée, des gens m’approchent, m’en parlent. Je suis pétrie de francophonie. Je suis d’origine haïtienne, je suis canadienne, je suis du Nord et du Sud. Je considère la Francophonie comme un espace extrêmement dynamique, extrêmement vivant. J’ai eu à travailler de très près avec l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) alors que j’étais grand témoin de la francophonie. Oui je suis intéressée. Je serais disposée à m’engager pleinement mais il m’importe quand même de recueillir les perspectives. Quand on fait un choix, on ne le fait pas seulement pour soi même. On le fait aussi en se disant qu’on le fait pour l’ensemble, pour le plus grand nombre, en se disant vers quoi on a envie d’aller ? Sur quelles perspectives ? Comment est-ce qu’on voit la Francophonie pour demain ? C’est une organisation qui a un très beau bilan, le Sénégal en sait quelque chose. La francophonie a quand même son berceau ici avec Léopold Sédar Senghor. Le  Président Abdou Diouf a fait un travail extraordinaire. Il a amené cette institution à un niveau de crédibilité et de pertinence, il en a fait un outil de médiation en temps de crise. On a voulu d’une francophonie plus politique, et il a réussi ce défi d’en faire un instrument beaucoup plus politique. Cette organisation a su vivre une restructuration au niveau de son administration. Ce que vous allez célébrer ici en 2014 (Sommet de la francophonie prévue à Dakar) constitue un énorme succès. Que l’on sente vraiment que ce Sommet de Dakar vienne donner une impulsion forte et percutante pour la francophonie. »

Source: senego.net