Ce mardi après-midi j'avais la tête dans des valises puisque jeudi matin, de très tôt, je dois prendre l'avion pour me rendre à Québec. Hésitant de prendre une casserole...ou non ! Laissez-moi vous dire tout de suite que je plaisante. Bien que la liberté coule dans mes veines, bien qu'étant internationaliste, citoyen du monde et de gauche, je n'ai pas d'opinion sur le débat qui enflamme le Québec actuellement car tout simplement tout ceci me semble bien complexe et je n'ai pas tous les éléments. Ne comptez pas donc sur moi pour vous livrer un billet vous dressant mes convictions sur la gratuité scolaire, les droits à l'éducation ou l'égalité des chances. Ou encore une biographie élogieuse sur Gabriel Nadeau-Dubois, qui le mériterait bien car c'est le seul qui semble avoir le plus de courage, n'ayons pas peur des mots...c'est bien lui qui a le plus de couilles comme le dirait un certain François Rabelais  ! Pour finir sur ce sujet, je dois vous avouer que les choses sont bien moins catastrophiques que de la façon qu'on les voient dans les médias (j'ai vu à la une le mois dernier MONTREAL A FEU ET A SANG). Nous sommes bien loin des manifestations lors de la crise de l'eau en Bolivie, des émeutes de la faim en Haïti ou des premiers jours des soldes aux Galeries Lafayette à Paris !

Redevenons sérieux...un moment ! Donc, à partir de jeudi, je serai à Québec où je dois participer au Forum Mondial de la Langue Française avec le Centre de la Francophonie des Amériques. Je partagerai cet honneur avec une quarantaine d'autres jeunes ambassadeurs que je retrouverai avec le bonheur d'un Gabriel pour son Evangéline. Plus de mille autres personnes, la plupart des jeunes prendront part aussi aux différentes activités de ce Forum qui allie habilement moments studieux et des festivités nocturnes. Ou encore une fête du Québec et un Tintamarre Acadien, c'est vous dire !

C'est la première édition de ce Forum. Inutile de vous préciser que les attentes sont herculéenes. Impossible mais indispensable, pour reprendre Jean-Louis Roy. Dans la liberté de ton qui me caractérise, dès le début j'ai mis en garde contre une tentation d'un Forum Québec-France garni par quelques africains, d'autres européens et quelques gens des Îles. Soyez en paix, je suis rassuré ! D'ailleurs, je salue le travail et la programmation à couper le souffle. On se dirige donc vers un succès.

Globe, drapeauxEn tout cas je l'espère. D'après moi, tout dépendra de la direction que prendront les discussions. Bien sur, la réalité francophone est aussi complexe que le Quetzalcoatl (dieu-serpent) des aztèques...mais il faudra justement ne pas être dans une démarche de fermeture. Au contraire, tous devront se montrer le plus ouvert que possible. Le plus ouvert par rapport à cette francopolyphonie du Tout-Monde, telle que pensée par le martiniquais Edouard Glissant. Apprécier ces mots venant de la francophonie africaine comme essencerie par exemple. Mais aussi et surtout se montrer le plus ouvert que possible au monde et à sa diversité culturelle que nous devons assumer.

Il faut redouter l'uniformisation culturelle mais au contraire célébrer la diversité culturelle en ayant en tête que toutes les cultures se valent. Nous ne sommes plus à l'ère de glace. Je vous écris ce billet depuis New York et vous, où que vous soyez vous me lisez. Les frontières, les limites que nous nous sommes imposées se sont effritées comme une peau de chagrin. Hier soir j'ai ri sans pouvoir m’arrêter en regardant (en anglais) au cinéma That's my Boy. J'ai passé la nuit avec Paco de Lucia, Julie London, Tony Bennett et Jonathan Butler. Je tiens à préciser que je parle de la musique des gens précités et non de leurs personnes. Mieux vaut être clair non ? Enfin pour me retrouver très ému cet après-midi  en regardant le discours d'un homme de gauche, Claude Bartelone élu à la présidence de l'Assemblée Nationale Française !

Oui, les cases que ceux qui nous ont précédé en ce monde se sont donnés tant de peine pour mettre en place sont en voie de disparition. On ne plus concevoir le français sans prendre en compte les autres langues. Elle ne sont d'ailleurs pas des ennemies mais doivent toutes, se faire une place, cohabiter, se développer et s'inter-pénétrer. De la même façon que dans ce billet, dans un voyage effrené, je vous ai conduit par mes mots à Hollywood, en Bolivie, en Haïti, en Martinique, en Espagne, au Mexique et en Afrique en l'espace de 5 paragraphes.

Oui n'hésitons pas à mettre en avant la beauté de notre français mais il faut aussi et surtout la donner une place dans le monde d'aujourd'hui avec ses défis que nous connaissons tous. C'est ainsi qu'il faut penser le français. Et voilà tout l'enjeu d'un forum comme celui qui débutera à Québec dans deux jours.

Osons donc réinventer la posture du français en faisant pari sur l'avenir loin des sentiers battus !

Bon Forum !

Max Jean-Louis