Ce dimanche 6 mai, les Français sont appelés aux urnes pour choisir leur président de la République pour les 5 années qui viennent. Au delà des deux projets et des idéologies qui s'opposent, il s'agit de 2 styles, 2 personnalités qui se distinguent.

François Hollande qui s'oppose au candidat sortant Nicolas Sarkozy est donné comme favori. Député et ancien premier secrétaire du Parti Socialiste, il veut réussir le pari de devenir le 2e président de gauche de la Ve République après un autre François, François Mittérand. Ce rendez-vous F. Hollande l'attend depuis longtemps et il semble plus que jamais confiant sur ses chances d'occuper le fauteuil présidentiel

Sur ce blog lu par des francophones de partout à l'occasion de ce 2e tour j'ai voulu vous présenter, ce que je pense être LE meilleur discours (ou morceau de discours) de l'un et de l'autre des candidats. Bien évidemment, dans une campagne le ton est polémique. Je tiens à souligner que ces textes ne m'engagent non plus en rien, pour les qualifier de "meilleurs" je me base sur leur style, leur lyrisme et leur "kairos" c'est à dire leur opportunité au moment où ils sont dits. Je parle des auteurs et non des politiques.

Pour François Hollande, longtemps surnommé Flanbi (un dessert "mou"), fraise des bois ou prince de l'esquive, ce que l'on retiendra de cette campagne et sans doute de l'Histoire de la Ve République, c'est sa longue anaphore lors du traditionnel débat de l'entre-deux tour où il a sorti ses griffes. Je vous invite à découvrir cette réponse à la question "Quel Président de la République il sera?''. La video est aussi disponible à la fin du billet

" FRANÇOIS HOLLANDE: Moi, président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Elysée.

Moi, président de la République, je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur.

Moi, président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fond pour mon propre parti dans un hôtel parisien.

Moi, président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que l’avis du Conseil Supérieur de la Magistrature n’a pas été dans ce sens.

Moi, président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les présidents des chaînes publiques, je laisserai ça à des instances indépendantes.

Moi, président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire.

Moi, président de la République, j’aurai aussi à cœur de ne pas avoir de statut pénal du chef de l’Etat, je le ferai réformer de façon à ce que si des actes antérieures à ma prise de fonction venaient à être contestés je puisse dans certaines conditions me rendre à la convocation de tel ou tel magistrat ou m’expliquer devant un certain nombre d’instances.

Moi, président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d’hommes.

Moi, président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d’intérêt.

Moi, président de la République, les ministres ne pourraient pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local parce que je considère qu’ils devraient se consacrer pleinement à leurs tâches.

Moi, président de la République, je ferai un acte de décentralisation parce que je pense que les collectivités locales ont besoin d’un nouveau souffle, de nouvelles compétences, de nouvelles libertés.

Moi, président de la République, je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats et que nous puissions avoir régulièrement des discussions pour savoir ce qui relève de la loi, ce qui relève de la négociation

Moi, président de la République, j’engagerai de grands débats, on a évoqué celui de l’énergie. Et il est légitime qu’il puisse y avoir sur ces thèmes là de grands débats.

Moi, président de la République, j’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives pour celles de 2017 car je pense qu’il est bon que l’ensemble des sensibilités politiques soient représentées

Moi, président de la République, j’essaierai d’avoir de la hauteur de vue pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions mais en même temps je ne m’occuperai pas de tout et j’aurai toujours le souci de la proximité avec les Français"


Quel président comptez-vous être ? par francoishollande