Voilà donc presqu'une semaine depuis que la seconde édition du Forum des Jeunes Ambassadeurs de la Francophonie des Amériques a débuté. Les journées sont rythmées par des conférences, tables rondes ou activités d'animation

Depuis le 8 aout dernier, le second forum, en effet a été lancé par Marie-Jo Thériault et Michel Robitaille respectivement Présidente d'Honneur de l'evènement et Président Directeur Général du Centre de la Francophonie des Amériques...

Pendant toute la semaine, les 58 participants de cette année ont pu rencontrer des personnages de prestige, comme Mme Antonine Maillet, Prix Goncourt, l'auteur Dano Leblanc, créateur d'Acadieman, Dean Louder et j'en passe...

La représentation de la pièce "Haiti, cri d'espoir" écrite et mise par scène par M. Georges Béléck a été vécue d'une façon très émouvante par les ambassadeurs, mais aussi tous ceux qui étaient présents.

Ce qui me touche le plus c'est de voir qu'il y a des gens de partout, aussi bien d'Haïti, de Cuba, ou du Canada qui ont un réel enthousiasme pour continuer à défendre la langue française et à agir pour sa promotion. Cette foi en l'avenir, cette ferme assurance en un lendemain radieux tonifie mon propre engagement au-delà des incertitudes soulevées par la mondialisation.

Pendant toute cette semaine, les participants ainsi que nous les chefs de famille (mentor) avons réfléchi sur quelques questions profondes et pertinentes qui concerne la francophonie des Amériques. Le plus important, la nuance la plus significative a été apportée par Mme Hanétha Vété-Congolo, professeure au Bowdoin College (Maine) qui a insisté sur le fait que au sein de cet espace, les réalités sont très variées et qu'il ne saurait y avoir de conclusions hâtives.

Les nouveaux ambassadeurs ont beaucoup échangé entre eux que ce soit de manière formelle ou informelle...on sent vraiment une énergie, une symbiose et comme je l'ai dit moi-même, je "sens" dans tous les coins de l'Université Moncton qui accueille cette 2e édition, l'odeur du changement. Les gens veulent agir, ils veulent échanger, ils veulent apprendre à se connaitre. Ils veulent profiter de chaque instant de ces 10 jours. Et cela se voit.

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !/ Suspendez votre cours / Laissez-nous savourer les rapides délices/ Des plus beaux de nos jours !" écrivait Lamartine.

Les jours viennent, les jours passent. Bientôt arrivera la cérémonie de l'engagement, ou chaque ambassadeur devra prendre un engagement personnel dans sa communauté en relation avec un enjeu spécifique de la francophonie des Amériques. Ce sera aussi l'heure des adieux...Le chant du cygne.

En même temps, il y aura 58 nouveaux ambassadeurs qui mettront, je pense, tout leur poids dans la balance pour défendre cette langue qu'ils aiment tant. L'amour...voilà une autre odeur que l'on sent aux environs de l'université et un mot qui est revenu souvent dans la bouche des participants eux-mêmes.

Vive la langue française sur le continent américain!